La bouilloire ne chauffe plus ? Le grille-pain refuse de griller vos tartines ? Vous commencez déjà à chercher son remplaçant sur internet. STOP ! Et si avant de jeter, on cherchait à réparer ?

Entre obsolescence programmée et manque de savoir-faire technique, de nombreux appareils électriques et électroniques partent en déchetteries quand ils pourraient en réalité être réparés. Dommage non ? Surtout qu’il existe de nombreuses façons de redonner une seconde jeunesse à votre appareil.

Vous voulez tenter la réparation

De nombreuses ressources en ligne sont là pour vous guider dans la réparation de votre appareil. Parmi eux, un site tout juste lancé : e-reparation.org. En page d’accueil, un chatbot vous guide dans le diagnostic de votre panne. Une fois le problème posé, le site vous renverra ensuite vers de nombreux tutos en ligne. Avec un peu de patience et une bonne explication, vous devriez pouvoir faire des merveilles !

Si vous préférez être guidé(e) par un vrai humain, tournez-vous vers les Repair Cafés. Chaleureux et conviviaux, ces lieux permettent de faire rencontrer des pros du bricolage et des propriétaires d’appareil à réparer. Vous y apprendrez à réparer vous-même votre panne tout en discutant et en buvant un café.

Vous préférez faire appel à un pro

Les pro, c’est le top mais ils ne sont pas toujours facile à trouver. Heureusement, l’ADEME et le réseau des chambres des Métiers et de l’Artisanat ont mis en place un annuaire des réparateurs. Certains sont même labellisés Répar’acteurs. Ils s’engagent à tout faire pour que vous repartiez avec votre objet réparé sous le bras.

Cela revient nécessairement plus cher que de faire soi-même mais c’est l’assurance d’un service de qualité. Et personnellement, je trouve ça tellement important de valoriser le travail des artisans, pas vous ?

Et si vraiment, c’est foutu ?

Parfois, la réparation échouera, c’est comme ça ! Heureusement les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE dans vos déchetteries) se recyclent. Déposez-les dans les points appropriés. Ils seront ensuite triés et recyclés en France ou en Europe puisque l’exportation hors UE est interdite. 80% des matières sont aujourd’hui recyclées, 11% sont éliminées, 8% sont valorisées énergétiquement et 1% sont ré-employée.

Bref, avant de jeter, il y a d’autres options à envisager. Idem s’il s’agit d’un objet dont vous ne voulez plus. Dans ce cas, pensez à le déposer en recyclerie, à le donner dans votre entourage ou à le vendre en vide-grenier.

D’ailleurs, la semaine prochaine, je vous parlerai d’une autre initiative qui avance dans le même sens et qui tend à valoriser les biens d’occasion. En attendant, racontez-moi pour quelle option vous opteriez : réparer vous-même ou faire réparer ?

Abonnez-vous à la newsletter !