J’ai lu « Le monde sans fin » de Jancovici et Blain

Dans la vie, j’aime deux choses : apprendre et les bandes dessinées. Alors quand je peux concilier les deux, c’est merveilleux ! La BD « Le monde sans fin » était sur ma liste depuis un moment. Voici mon avis.

« Le monde sans fin » est né de la collaboration de Christophe Blain, auteur de BD que j’avais découvert avec les deux albums de « Quai d’Orsay » qui s’inspirent de la vie au ministère des Affaires étrangères lorsque Dominique de Villepin y était ministre, et de Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialiste de l’énergie et du réchauffement climatique et co-fondateur de The Shift Project que j’ai eu l’occasion de voir en conférence près de chez moi il y a quelques mois.

L’album est sorti fin 2021 chez Dargaud. Il a aussitôt rejoint ma liste de livres à lire. Lorsque je suis tombée dessus en librairie, je n’ai donc pas résisté longtemps et il va rejoindre sans hésitation ma liste d’indispensables.

De quoi ça parle ?

Dès le prologue, les choses sont posées. L’album souhaite expliquer simplement les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles en seront les conséquences.

Christophe Blain joue les candides, se met à la place de Monsieur Tout-le-Monde, interroge. Jean-Marc Jancovici, lui, déroule son argumentaire avec son sarcasme habituel.

Deux sujets sont abordés dans cet album de près de 200 pages : l’énergie et le climat.

En matière d’énergie, il s’agit pour Jean-Marc Jancovici d’expliciter le rôle de celle-ci dans l’évolution technologique du dernier siècle et la difficulté à s’en passer aujourd’hui. Il aborde également le rôle de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables.

En seconde partie, le lecteur découvre ou redécouvre les causes du réchauffement climatique et s’interroge sur les actions prioritaires ou non à mettre en place.

Mon avis sur « Le monde sans fin »

Vous l’avez compris, je connais déjà le discours de Jean-Marc Jancovici et je suis déjà de près son travail. Si je ne partage pas la totalité de son analyse, je reconnais volontiers que celle-ci est toujours très clairement expliquée. La transposer en bande dessinée était donc une lumineuse idée pour encore mieux éclairer le propos. Et quand on retrouve les traits de Christophe Blain au dessin et à la mise en couleurs, ce n’est que du bonus !

« Le monde sans fin » est une belle réussite à mon goût et je n’hésite pas à la recommander chaudement. Pour les personnes visuelles qui ont besoin d’imaginer les propos comme moi, le support de la bande dessinée est idéal. (Si vous êtes plutôt auditif, n’hésitez pas à écouter les conférences de Jean-Marc Jancovici)

Clairement, elle rejoint « Saison Brune » de Squarzoni dans mon Panthéon personnel des bandes dessinées engagées et éclairantes en matière d’écologie.

Je sais que certaines d’entre vous suivent régulièrement mes conseils lecture. Qui va sauter le pas pour celui-ci ?

Est-ce que ce genre de bande dessinée vous intéresse ?

Reçois mon ebook "Construire un budget éco-responsable" et abonne-toi à ma newsletter !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.