Portrait : Gafalasuite, une dessinatrice engagée

Voici le deuxième portrait de la série qu’il me tenait tant à coeur de mettre en place sur le blog. Et suis ravie que ce soit Aude qui ait sauté le pas la première.

J’ai rencontré Aude l’année dernière grâce à mon activité bénévole, sur un festival des alternatives que nous organisions. Je connaissais son activité grâce à Instagram et je suis une grande fan de ses dessins. N’hésitez pas à aller jeter un oeil sur son compte : @gafalasuite.

Mais je vous laisse découvrir son portait.

Carte d’identité

  • Prénom : Aude.
  • Âge : 48 ans.
  • Métier : Illustratrice et enseignante.
  • Salaire mensuel : 1 800 € net par mois.
  • Lieu de vie : en colocation avec deux acolytes, à la campagne, et bientôt en habitat léger.

A quand remonte ta sensibilisation à l’environnement ?

J’ai pris conscience de l’urgence de la situation assez tardivement. En 2010, j’ai connu un changement de vie important en me séparant du papa de mes filles et, dans le même temps, je découvrais les films de Coline Serreau « La Belle verte », « solutions locales pour désordre global »… Je me suis alors lancé dans la lecture des livres de Pierre Rabhi qui ont été un véritable détonateur et a complètement révolutionné ma façon de voir le Monde.

Je n’ai plus lâché le sujet depuis. Et après une longue recherche de ma place dans tout ça j’ai trouvé ma façon d’agir en créant Gafalasuite il y a un peu plus d’un an, pour dessiner et soutenir la Transition écologique.

Ton top 3 des actions les plus importantes que tu as mises en place ?

Dans mon top 3, la place numéro 1 revient d’office à mon entreprise éco-responsable. Pour la créer, j’ai demandé un temps partiel à l’Education Nationale et beaucoup investi personnellement. Je prends donc un risque financier qui ne manque pas parfois de m’angoisser ! Mais je n’ai aucun regret, quel bonheur d’utiliser son temps pour une activité qui correspond pleinement à ses valeurs !

gafalasuite

La place numéro 2 revient à mon choix de vivre à la campagne. Certes, j’ai de la route pour aller travailler et ça, ce n’est pas écologique. Pourtant, le fait de me rapprocher de la Nature depuis deux ans participe largement à mon équilibre. Je vis les saisons pleinement, j’entends les oiseaux le matin en ouvrant ma fenêtre, ce qui facilite beaucoup mes moments de méditation, je peux marcher régulièrement en pleine forêt, sans prendre ma voiture et m’émerveiller… Je pense souvent à la phrase affichée dans notre salon de coloc : « Si nous prenons la Nature pour guide, nous ne nous égarerons jamais. » Du coup, les événements récents du Monde me touchent, mais avec une distance rassurante. Et je suis convaincue que, c’est en observant et en connaissant la Nature, que nous pouvons mieux la respecter.

Je donnerais la place numéro 3 à mon choix récent de vivre en habitat léger. Je m’intéresse depuis longtemps à cette question de l’habitat et je suis convaincue (comme Pierre Rabhi) qu’on peut vivre beaucoup plus sobrement. L’habitat léger ou réversible est, pour moi, une façon d’expérimenter un plus petit espace, bien organisé, nécessitant moins d’énergie pour se chauffer, encourageant la consommation raisonnée de l’eau… Je triche un peu encore car mon HL est proche d’une maison qui a tout le confort qu’il n’a pas. Mais je me dis que c’est un pas.

Qu’aimerais-tu développer davantage ?

Mon autonomie alimentaire en cultivant un potager mais je n’ai décidément pas les pouces verts !

Comment est perçue ta façon de consommer dans ton entourage ?

Il y a deux équipes : ceux qui, comme moi, sont conscients et avancent humblement à petits pas et puis il y a les autres, ceux qui rit doucement. Je pars de l’idée que ceux qui n’avancent pas dans cette direction ont des blocages, des peurs qui les empêchent d’accepter cette réalité. Alors le déni est plus confortable que l’éco-anxiété.

Quand je dessine, je pense toujours que je m’adresse à la fois aux convaincus pour les soutenir, les encourager à avancer, à leur rythme, sans se culpabiliser ; mais aussi aux douteux, à ceux qui savent, dans le fond, qu’il faut agir, mais qui n’osent pas encore…

Merci encore Aude pour ta confiance et pour avoir accepter sans hésiter de participer à cette série de portrait ! Si le format vous plait, n’hésitez pas à me contacter. Plus il y aura de la diversité, plus cela sera intéressant.

Reçois mon ebook "Construire un budget éco-responsable" et abonne-toi à ma newsletter !

2 réflexions au sujet de “Portrait : Gafalasuite, une dessinatrice engagée”

  1. Coucou!
    Voilà un portrait très intéressant ! Je me demandais, qu’appelle t’on un habitat léger exactement ? Est ce qu’il y a une définition « officielle »? J’ai hâte de voir le prochain portrait!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.