0 dépense

Parfois on a une grosse dépense prévue à court terme, parfois c’est juste une envie de mettre un peu de côté. Mais régulièrement, je me lance un défi « 0 dépense ». Et le confinement est une période idéale pour s’y essayer. Surtout à l’approche de Noël ! L’argent économisé pendant le défi vous permettra, en effet, de soutenir les commerçants locaux.

Alors qu’est-ce qu’un défi « 0 dépense » exactement ? L’idée est de s’interroger sur sa consommation et ses besoins. Pour cela, on cherche à reporter ou annuler toutes les dépenses non nécessaires telles que le loyer, l’alimentaire, les transports…Le reste doit être soumis à plusieurs questions.

Est-ce un vrai besoin ou un achat plaisir ?

Pas toujours facile de dissocier l’un de l’autre n’est-ce pas ? Par exemple, ce pull mignon pour votre petit dernier, dans quelle catégorie rentre t-il ? Si l’armoire de l’enfant en question est vide, c’est évidemment un besoin. Idem si vous devez remplacer un objet utilisé quotidiennement qui vient de casser. Si ce n’est pas le cas, on est probablement sur un achat plaisir. Ce qui en soit n’est pas dramatique, on est bien d’accord !

Mais dans le cas de notre défi, c’est une dépense qui peut être repoussée. Notez-là dans votre téléphone, votre agenda ou votre carnet. Constituez ainsi votre liste tout au long du mois et revenez-y quand le challenge se terminera. Il sera alors temps d’acheter ce qui vous fait toujours envie mais il y a fort à parier que la plupart des items de votre liste vous paraîtront totalement inutiles !

Personnellement, dans le cadre d’un tel défi, j’ai une tolérance pour les achats « sentimentaux » de faible valeur : le ticket de tombola du petit neveu ou le petit cadeau d’invité.

Est-ce possible de l’emprunter à quelqu’un ? de faire sans ?

Revenons aux achats qui répondent à un besoin maintenant. Avant de passer le cap de l’achat, on reprend les habitudes évoquées dans le cadre du Défi « Rien de neuf ». L’idée ici n’est pas forcément d’éviter le neuf mais plutôt d’éviter une dépense. Mais les questions restent sensiblement les mêmes.

Peut-on l’emprunter ? Quelqu’un dans votre entourage est-il en mesure de vous dépanner ? C’est souvent le cas pour des appareils électriques dont on ne se sert pas tous les jours comme un appareil à raclette ou une perceuse. Pensez aussi aux trucs en -thèque : médiathèque et bibliothèque évidemment pour les livres mais également ludothèque pour les jeux et jouets, bricothèque pour les outils et même artothèque pour les oeuvres d’art ! N’hésitez pas à vous renseigner autour de vous pour savoir si de telles structures existent autour de chez vous.

Peut-on faire sans ? Parfois on a l’impression d’un besoin réel mais en y réfléchissant à deux fois, on s’aperçoit de la possibilité de faire sans ou de faire autrement. Plutôt que de craquer sur cette jolie blouse, ressortez celle que vous n’avez pas mis depuis des mois et accessoirisez-la différemment. Ce robot a l’air génial mais celui que vous avez déjà fait presque la même chose non ? Vous voyez l’idée !

Le défi est lancé, à vous de jouer ! Et n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires ou sur la page Facebook.

Et si vous êtes vraiment du genre joueur, j’ai un niveau supérieur à vous proposer : ne pas faire vos courses pendant une semaine. L’idée ici est de vider vos stocks pour économiser votre budget hebdomadaire de courses. Faites le point le contenu de votre congélateur et de vos placards et faites vos menus de la semaine en fonction de ce que vous avez déjà. Qui tentera ?

Abonnez-vous à la newsletter !