Pourquoi et comment faire son compost à la maison ?

Après vous avoir parlé de l’importance du recyclage en matière de déchets, je me suis dit qu’il serait intéressant également de se pencher sur la question du compost. Celui-ci permet d’alléger vos poubelles d’un tiers et vous apporte par ailleurs une matière intéressante qui pourrait vous encourager à tenter le jardinage.

Le compost qu’est-ce que c’est ? Le dictionnaire le définit comme un mélange de matières organiques et végétales utilisé comme engrais. Il y a de nombreuses raisons qui peuvent nous pousser à se lancer : l’aspect réduction des déchets, l’aspect économique et le côté pratique de fabriquer ses propres ressources. De la même façon, il y a également plusieurs façons de faire son compost, selon que l’on habite en maison avec jardin ou en appartement, qu’on veuille utiliser le compost pour le potager ou simplement pour nourrir ses plantes d’intérieur. Penchons-nous donc sur ces différents aspects.

Pourquoi faire son compost ?

Réduire ses déchets

Notre poubelle d’ordures ménagères est composée d’environ 30% de déchets compostables. Il y a les déchets évidents comme les épluchures mais aussi certains restes alimentaires, les déchets issues de vos plantes d’intérieur et même les cheveux que vous ramassez sur votre brosse. En éliminant tous ces déchets de votre poubelle d’ordures ménagères, vous allégez donc son poids et votre fréquence de sortie des poubelles. Un vrai plus si vous payez votre redevance déchets au poids ou au nombre de levées. Si ce n’est pas le cas, dites-vous que ce sera toujours ça qui ne sera ni incinéré, ni enfoui.

Créer une matière utile de façon ultra économique

Les déchets des uns sont les ressources des autres, c’est bien connu. Le compost en est un exemple parfait. Vu comme ça, vos épluchures sont loin de vendre du rêve, on est bien d’accord là-dessus. Pourtant, cette peau de banane pourrait bien donner un vrai coup de boost à votre pied de tomate ou votre vieux ficus tout dépouillé.

Prendre le temps de faire son propre compost vous permet de bénéficier d’une matière riche en nutriments et en minéraux, vous évitant ainsi d’avoir à acheter un engrais coûteux en magasin. Et si vous avez fait le choix de manger bio, c’est encore mieux, car vous serez certain(e), de la qualité environnementale de votre engrais maison.

Vous voilà maintenant convaincu(e) de l’intérêt de vous y mettre. Voyons donc l’étape suivante : le comment.

Comment faire son compost ?

Il est évident que vos besoins ne sont pas les mêmes selon que vous habitiez une grande maison avec jardin luxuriant ou un petit appartement avec 3 plantes vertes et un cactus. Heureusement, il n’y a pas UNE manière de fabriquer du compost mais plusieurs, qui s’adapteront à chacun(e).

Faire du compost à l’aide d’un composteur

Le composteur classique est idéal si vous disposez d’un jardin. N’allez pas l’acheter surtout, quasiment toutes les collectivités en fournissent gratuitement ou à tout petit prix à leurs administrés. Il existe également des composteurs collectifs en ville qui permettent de grouper les efforts de plusieurs habitants. Ils sont souvent supervisés par un maître composteur qui saura vous initier au secret du compostage.

Parce que oui, ce serait vous mentir que de dire que le compostage est simple à réaliser. Mais quand vous aurez compris les 3 règles d’or, vous aurez déjà de bonnes bases.

  • Mélanger des matières différentes : votre compost doit être composé à quantité égale de matières humides (gazon, épluchures, restes alimentaires) et de matières sèches (feuilles mortes, cartons…) qui apportent carbone et azote à votre futur engrais. Les couches doivent se succéder de façon régulière. On conseille régulièrement d’éviter cependant les restes carnés ainsi que les épluchures d’agrumes en grandes quantités.
  • Aérer : un compost réussi est un compost qui respire. Pensez donc à le mélanger régulièrement et à créer des entrées d’air. Des outils très simples existent pour cela, encore faut-il y penser.
  • Humidifier : votre compost ne doit pas sécher (mais ne pas être trop mouillé non plus). Une image simple pour avoir une idée du bon dosage d’eau : pensez à votre éponge bien essorée.

Ce type de compostage a lieu dans des composteurs plastique ou bois, ou éventuellement dans des composteurs rotatifs qui permettent un meilleur mélange et une meilleure aération. Vous obtenez du compost, une matière brune très riche à mélanger à la terre de votre potager.

Et si vous optiez pour un lombricomposteur ?

Les lombricomposteurs s’adaptent davantage à des petits espaces. Ils permettent de composter la majorité des déchets de cuisine grâce aux lombrics qui font leur vie à l’intérieur. Ce sont eux qui vont se régaler de vos déchets et leurs déjections vont former du lombricompost. Celui-ci s’utilise comme du compost classique.

Vous récupérerez également du « thé de vers », un engrais liquide hyper concentré, super utile pour donner un coup de fouet à vos plantes vertes et à celles de vos ami(e)s.

Le lombricomposteur ne dégage pas d’odeur et prend peu de place. Le tout est de lui trouver un emplacement pas trop exposé au soleil et à l’abri du froid pour assurer de bonnes conditions de vie à vos petits vers de compost.

Là encore, renseignez-vous car de plus en plus de collectivités en proposent gratuitement ou à faible coût. Idem, ne vous précipitez pas à acheter des vers. De nombreux particuliers en proposent régulièrement quand leur propre colonie devient trop importante.

Et le bokashi alors ?

Troisième alternative, moins connue que les autres : le bokashi. Ce n’est en réalité pas un processus de compostage, mais de fermentation. Mélangé à la terre, il lui rend ses propriétés disparues avec le temps (lessivage des sols, nutriments absorbés par les plantes…).

Avec cette option, vous passerez nécessairement par la case achat : d’un seau, ouvert ou fermé selon les méthodes, et du son de bokashi. Vous n’aurez plus qu’à découper vos déchets et à les mettre dans le seau. La fermentation se fait généralement en 2 semaines et il faudra attendre autant de temps pour utiliser la matière produite, le temps qu’elle devienne moins acide.

A la maison, nous avons la chance de profiter d’un très grand jardin. Nous compostons donc à l’aide de deux composteurs (oui deux car entre les déchets du jardin et ceux de la cuisine, il y a de quoi faire !). Nous avons installé de petits seaux hermétiques dans la cuisine et dans la salle de bain (si si on récupère les cheveux, les quelques mouchoirs en papier et les déchets des plantes vertes de l’étage) et nous les vidons quand c’est nécessaire dans les grands composteurs du jardin.

Si on connaît tous les deux très bien les règles de base, il faut bien reconnaître qu’on ne les respecte pas toujours à la lettre. Alors forcément, il y a eu quelques ratés ! Mais en tout cas, rien ne finit à la poubelle depuis longtemps.

Et chez vous, comment ça se passe ?

Reçois mon ebook "Construire un budget éco-responsable" et abonne-toi à ma newsletter !

8 réflexions au sujet de “Pourquoi et comment faire son compost à la maison ?”

  1. Je ne connaissais pas du tout ces moyens, merci !
    Ça vaut ce que ça vaut, mais depuis toute petite, ma mère nous apprend à jeter les coquilles d’œufs, pelures de fruits et légumes et, à peu près tout ce qui est pourrissable directement dans la terre et les pots.
    C’est peut-être le moyen pour fainéants de « composter », mais en tout cas je peux dire que ça fonctionne à la maison XD

    Répondre
  2. Hey,

    Très sympa ton article !
    Pour notre part, en appartement c’est compliqué et c’est frustrant de ne pas pouvoir recycler nos déchets alimentaires.
    Clairement, c’est la premier chose que l’on va faire quand on aura notre maison ! 🙂
    Je garde ton article de côté,

    Alexandre

    Répondre
  3. Bonjour
    Vu notre volume de déchets organiques, impossible de faire du compost en appart. Alors j’apporte les déchets à un composteur municipal.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.