Et si vous deveniez des pros du recyclage ?

Le 18 mars, c’est la journée mondiale du recyclage. Une belle occasion de se pencher sur la question et de vous transformer en héros du tri.

Le recyclage est une question vaste et complexe. Et s’il fait partie de notre quotidien depuis longtemps, il reste encore flou pour beaucoup d’entre nous. Ce pot de yaourt, poubelle ou tri ? Et cette assiette cassée ? Essayez de poser la question lors d’un repas de famille et vous aurez autant de réponses que d’invités. Et vous aurez bien un tonton grincheux pour affirmer que le recyclage ne sert à rien et qu’on paie de plus en plus cher nos impôts. Bref, ça valait bien un article !

Pourquoi est-ce si important le recyclage ?

Véritable enjeu de société, le recyclage permet de réduire le volume de déchets non valorisables. Le monde occidental produit, en effet, une quantité incroyable de déchets. Rien qu’en France, en 2017, nous avons produit 326 millions de tonnes de déchets, tous secteurs confondus. En matière de déchets ménagers et assimilés (39 millions de tonnes), les français jettent 580 kilos de déchets par an et par habitant (chiffres ADEME 2020). En traitant et transformant ces déchets en une nouvelle matière première, le recyclage contribue à préserver les ressources naturelles mais également de l’eau et des énergies liés à la production de nouvelle matière. L’ADEME estime, par ailleurs, qu’en 2017, le recyclage de matières premières a permis d’éviter le rejet de 23 millions de tonne d’équivalent CO2.

La filière de recyclage et des étapes préalables à celui-ci crée par ailleurs de nombreux emplois. Des postes peu qualifiés sur les chaînes de tri aux métiers de la recherche et du développement, c’est tout un secteur qui s’est constitué autour du tri et du recyclage : sensibilisation, collecte, traitement, valorisation, production énergétique et enfin élimination. En tout, plus de 8 000 entreprises françaises et 110 000 salariés.

Et alors, comment on recycle ?

recycler le plastique

Pour vous éviter d’avoir à lire un livre de plusieurs dizaines de pages, cet article va se concentrer sur les déchets ménagers et assimilés, c’est à dire ceux que VOUS êtes en mesure de trier et donc d’envoyer au recyclage.

Car le tri des déchets en début de parcours est une étape indispensable et cruciale du recyclage. Malheureusement pour nous, les consignes ont longtemps été totalement différentes d’une région à l’autre et encore aujourd’hui, les consignes ne sont pas exactement similaires. Mais ne baissez pas les bras et rappelez-vous qu’à chaque fois que vous effectuez le geste de trier un déchet, vous évitez son enfouissement ou son incinération et contribuez à préserver des ressources naturelles.

Les consignes de tri

Globalement, on retrouve tout de même les mêmes catégorisations partout :

  • papier et emballages en cartons
  • plastiques : attention, là est le point épineux. Généralement sont admis les bouteilles et flacons en plastique. Mais de plus en plus de communes appliquent désormais ce qu’on appelle l’extension de tri. Si votre territoire applique cette nouvelle consigne, vous pouvez mettre au recyclage TOUS les emballages plastiques : bouteilles, flacons, barquettes, pots, boîtes, sacs, sachets et films plastique.
  • emballages en métal
  • bouteilles et pots en verre.

En dehors de quoi trier, quelques règles simples permettent d’assurer un tri optimum de vos déchets. S’il n’est pas nécessaire de laver vos emballages, pensez cependant à les vider correctement. Pensez également à ne pas imbriquer vos déchets les uns dans les autres, d’autant plus s’ils sont fabriqués de matière différente. Idem, pensez à séparer votre barquette de jambon par exemple puisque l’opercule et la barquette ne sont pas recyclable de la même manière. Enfin, petite règle bonus : si votre déchet est plus petit que la paume de votre main, ne le triez pas. Les déchets trop petits ne sont pas triés car ils passent à travers les mailles du crible de la chaîne de tri et sont redirigés vers l’incinération ou l’enfouissement. Pourtant, ils sont tout de même pris en compte dans la facture adressée à votre collectivité mais nous y reviendrons.

Et comme rien n’est simple, les modes de collecte diffèrent également d’un coin à un autre. Collecte en porte à porte, points d’apport volontaire, un peu des deux, il y a un peu de tout.

Trouver les consignes de tri qui s’appliquent là où on est

Sans vouloir vous mettre la pression, la qualité de votre tri est primordial car votre poubelle peut perturber le recyclage de tout un camion. Donc comment on fait pour ne pas faire de bourde ? Votre premier interlocuteur fiable est votre intercommunalité ou syndicat en charge des déchets. C’est eux qui ont en charge la collecte et le traitement de vos déchets. Et il y a fort à parier que vous trouviez toutes les consignes clairement expliquées dans l’une de leurs brochures ou sur leur site internet car il y a un véritable enjeu financier à ce que vous triiez correctement.

Vous pouvez également consulter le guide du tri proposé par Citéo. Disponible sur leur site internet ou téléchargeable sur l’App store ou Google Play, il est d’une simplicité enfantine. Vous renseignez votre lieu d’habitation ou de vacances, le déchet qui vous pose problème et le guide du tri vous indique dans quelle poubelle le jeter. Avec ça, aucune raison d’hésiter, pas vrai ?

Comment est financé le recyclage ?

On a parlé de votre vieux tonton en introduction, celui qui râle sur la hausse de ses factures. Voici quelques éléments de réponse à lui fournir lors du prochain repas de famille.

Selon l’ADEME, avec 17,6 milliards d’euros en 2016, soit 0,8 % du PIB français, la gestion des déchets est le premier poste de dépenses de protection de l’environnement. Ces dépenses sont en grande partie prises en charge par les collectivités.

Le mode de financement principal est l’impôt. Il y a deux possibilités :

  • la taxe d’enlèvement des ordures ménagères basée sur le foncier bâti, c’est à dire qu’elle s’adresse à tous les propriétaires (qui peuvent la récupérer auprès de leurs locataires le cas échéant)
  • la redevance d’enlèvement des ordures ménagères, basée sur le service rendu, qui se calcule en fonction de la composition du foyer ou du nombre de ramassages. Elle peut être classique, c’est à dire fixée en fonction d’un poids de déchets estimé, ou incitative, donc calculée sur le poids réel de vos déchets.

Trois autres moyens de financement existent en parallèle :

  • la revente des matériaux issus du tri. Malheureusement, cette possibilité rapporte de moins en moins d’argent vu la baisse des différents cours.
  • les soutiens financiers versés par les éco-organismes, comme Citéo par exemple.
  • les aides publiques de l’Etat, de l’ADEME …
recyclage papier

Globalement, le coût du recyclage ne cesse d’augmenter et les aides et bénéfices de revente de diminuer. La seule variable ajustable est donc l’impôt et effectivement, il y a de fortes chances que votre taxe ou redevance augmente. N’hésitez pas à chercher sur le site internet de votre collectivité le rapport d’activité déchets pour prendre connaissance de ces informations.

Vous le savez peut-être, en tant qu’élue municipale, je participe aux commissions déchets de ma Communauté de Communes. Personnellement, je défends une position peu populaire. Je pense qu’effectivement, l’impôt doit retranscrire cette hausse pour responsabiliser les gens. En réalité, je suis même plutôt favorable à la redevance incitative et au nombre de passages limités en déchetterie. En tant que citoyen, il est parfois difficile de comprendre le coût réel d’un service, d’autant plus que rares sont les collectivités à expliquer clairement ces problématiques financières par peur d’ennuyer ou de ne pas être compris. Pourtant, je suis convaincue que seule la connaissance de la situation permettrait de faire réellement prendre conscience que nos poubelles débordent et qu’au delà de l’aspect recyclage, il est temps de s’interroger sur notre mode de consommation.

Et vous, dites-moi tout ! Sur l’échelle des pros du tri, vous vous situez où ? Comment percevez-vous votre facture d’ordures ménagères ? Réagissez, échangeons !

Reçois mon ebook "Construire un budget éco-responsable" et abonne-toi à ma newsletter !

6 réflexions au sujet de “Et si vous deveniez des pros du recyclage ?”

  1. La plupart des gens ne se posent pas vraiment la question sur le devenir de leurs déchets une fois triés ou mis à la poubelle. Il y a un gros travail à faire là-dessus. Sans compter que le recyclage, même s’il y a toute une économie autour, n’est écologiquement pas la solution miracle de notre mode de consommation ! (de manière générale on ne sait pas à quoi servent réellement nos impôts !)

    Répondre
    • On est bien d’accord que le recyclage ne devrait intervenir qu’en dernière étape dans la chaîne du déchet et qu’il faut consacrer aussi nos efforts à la réduction tout court de la production de déchets.

      Concernant les impôts, je trouve vraiment ça dommage que ce soit si opaque aux yeux des usagers. Ça me paraît tellement indispensable de comprendre ce à quoi on contribue…

      Répondre
  2. Ici, j’essaie de trier le mieux possible. Mes filles de 3,5 et 2 ans aussi. La grande sait presque mieux trier que son père.

    J’ai toutefois deux questions :
    – le plastique étant peu voire pas recyclable, je ne comprends pas maintenant, on dit de mettre tous les plastiques à recycler
    – pourquoi le cours des matériaux s’effondre-t-il ? Car il y a trop d’arrivées de ces matériaux sur le marché.

    En revanche, je suis pour la taxe des ordures dans la taxe d’habitation et non dans la taxe foncière.

    Ici, on a passage des encombrants tous les mois (ce qui doit expliquer pourquoi l’accès à la déchetterie est payant) et j’hallucine devant ce que les gens mettent sur le trottoir (et les quantités d’objets). J’ai quand même récupérer des chaises en paille impeccables et un lit enfant parfait il y a quelques mois. L’autre fois, j’ai vu une baignoire bébé. J’ai d’ailleurs mis une photo et un post sur le groupe fb de la commune pour inciterceux qui en auraient besoin à la récupérer.

    Répondre
    • Bravo pour vos efforts et l’éducation que vous donnez à vos enfants ! C’est important que ce soit naturel ce genre de gestes pour eux, citoyens de demain.

      Les cours de reprise de matière s’effondrent depuis que les pays asiatiques ont fermé leurs frontières. De plus, l’offre est bien plus grande que la demande, surtout depuis l’arrivée du COVID.

      La totalité des plastiques n’est effectivement pas recyclée aujourd’hui mais l’extension de tri permet de simplifier les consignes et d’encourager la recherche et développement.

      Et enfin concernant les déchets qui n’en sont pas… ça me dégoûte aussi et j’adore quand un lieu de réemploi ouvre. Certaines collectivités créent d’ailleurs des magasins à l’envers dans les déchèteries. Le concept est de déposer ce qui nous sert plus pour que d’autres les utilisent. Intéressant non ?

      Répondre
  3. Franchement, super article ! Tu m’as vraiment apprise énormément de choses.

    Au Liban, le recyclage est encore trop marginalisé et peu répandu. Les municipalités n’imposent aucun règlement et tous les déchets finissent ensemble sans aucun tri au préalable…C’est révoltant, mais ce qu’il l’est encore plus, c’est qu’un pourcentage de gens sont à la recherche de recyclage et de solutions mais qu’aucune autorité ne réponde a ce besoin !

    C’est pour ça que la société civile commence à prendre la place de l’Etat, on voit l’émergence de gens qui sensibilisent à ce propos, et de machine plutôt maline comme celle qui échange quelques sous contre des bouteilles de plastiques.
    Je suis prête à payer plus pour qu’on s’occupe comme il se doit de mes déchets et ceux des autres, car au final on verra les répercussions tout autour de nous.

    En bref, j’espère qu’on s’inspirera de la France pour enfin prendre soin de ce secteur si important !

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ton regard extérieur, c’est très intéressant de montrer que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne en matière de traitement des déchets

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.