Consommer bio et local en Sarthe

Depuis petite, j’ai été habituée à manger local. Chez mes parents, c’était, et c’est toujours, une évidence. Les légumes viennent principalement du jardin, la viande du copain éleveur et pour le reste, on surveille l’origine. Une fois adulte, j’ai donc naturellement suivi ce schéma. Et j’ai découvert deux sites formidables : www.local.direct et www.local.bio.

Le jour où j’ai rencontré Sylvain

Quand nous nous sommes installés à Fercé-sur-Sarthe, c’était une chouette occasion de renouer avec les produits locaux, délaissés jusque là par manque de temps. Faire le tour des fermes, c’est quand même hyper chronophage et mes horaires de travail étaient alors incompatibles avec la plupart des marchés. Avec monsieur, on a donc créé une association qui visait à mettre en place un marché dans notre village et à promouvoir les circuits courts.

A l’époque, on a choisi la plateforme de la Ruche qui dit Oui qui permettait de bénéficier d’outils déjà bien rodés pour les producteurs. Les membres passaient commande sur un catalogue en ligne et venaient récupérer leur panier chaque mercredi. C’était simple, rapide, parfait pour nous à l’époque. Le marché a ouvert au début de l’année 2015 et nous avons rapidement atteint un rythme de croisière de 15/20 paniers. Mais en décembre 2018, une nouvelle hausse des commissions nous fait prendre la décision de quitter la Ruche pour voler de nos propres ailes. C’est alors qu’on me parle de Sylvain Dumont et de sa plateforme www.local.bio

Local.bio recense les producteurs bio du département et leur facilite la mise en relation avec les consommateurs grâce à la commande en ligne. Bingo ! C’est exactement ce qu’il nous faut. On contacte rapidement Sylvain mais il y a comme un hic : tous nos partenaires producteurs ne sont pas labellisés AB. Hors de question pour nous de laisser quelqu’un sur le carreau. Super Sylvain (oui c’est comme ça que je l’appelle en secret), qui n’a peur de rien, retrousse ses manches et m’annonce fièrement qu’il va créer un site miroir qui accepterait tout le monde. www.local.direct est né.

Comment ça marche ?

Local.bio recense les producteurs du département labellisés Agriculture Biologique ainsi que les exploitations en conversion. Vous pouvez ainsi trouver les agriculteurs proches de chez vous mais également les points de distribution. Sur Local.direct, c’est le même principe mais la plateforme est ouverte à tous les producteurs pratiquant les circuits courts, sans distinction de label. Personnellement, c’est celle que j’utilise car je favorise avant tout le local.

En tant que consommateur, c’est assez simple. Il suffit de trouver son point de distribution, de passer sa commande en ligne et d’aller la chercher quelques jours plus tard. Pas d’attente sur place, un panier déjà composé et ce que j’apprécie le plus : du temps pour dialoguer. En 5 ans, j’en ai appris des choses sur le monde agricole et sur la vie de producteur !

Côté agriculteur, la création d’un catalogue prend 30 minutes, promesse de super Sylvain. Et pas d’arnaque ! Le prix fixé est celui qui arrive directement sur le compte en banque. Les frais inhérents au paiement par carte bancaire et au fonctionnement du site (à peu près 5% du panier) sont ajoutés au prix de base et sont pris en charge par les consommateurs.

local.direct

Il existe aujourd’hui de nombreux points en Sarthe regroupant souvent plusieurs producteurs. Le Petit Marché de Fercé, géré par mon association, regroupe par exemple 13 producteurs sarthois et mayennais. On y trouve des légumes, de la viande, des produits laitiers mais aussi des pâtes, de la farine ou des glaces.

Vous voulez soutenir la plateforme ?

Alors évidemment, je ne peux que vous inviter à l’utiliser en tant que consommateur ! Mais vous pouvez aussi créer une antenne de distribution dans votre entreprise ou votre association pour proposer à vos collègues, amis, voisins des produits locaux accessibles. Vous pouvez aussi en parler à vos conseillers municipaux pour que des marchés ruraux se créent un peu partout. Ou à l’école de vos enfants pour que les cantines scolaires s’approvisionnent davantage en local. Bref, les sites ont besoin du relais de citoyens engagés dans les circuits courts.

Avec le confinement, le périmètre géographique de local.bio et local.direct s’est largement étendu puisqu’on trouve désormais des producteurs membres dans toute la France.

Souhaitons que les bonnes habitudes prises pendant cette période particulière perdurent et que ce ne soit que le début d’une grande histoire d’amour entre les sarthois, et plus largement les français, et les circuits courts.

Reçois mon ebook "Construire un budget éco-responsable" et abonne-toi à ma newsletter !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.